Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 11:46

Je l'avais tant imaginé, tant attendu, appréhendé un peu aussi, ce vol qui fera de vous -bipède terrestre- une fille dotée du «sens de l’air», ce vol où vous allez devenir pilote, sans doute l’une des plus belles choses que l’on puisse souhaiter apprendre dans sa vie !

 
Flash back :
Il y a presque  3 ans, au festival de Dijon, je visionne le film « Coast to Coast » du Suisse Olivier Aubert et son ami Sudafricain Mike Blyth (
www.trike-expeditions.com) : la révélation !
L'envie de passer le brevet d’ULM pendulaire fait tranquillement son chemin dans ma tête. Avril 2008, ma décision est prise : je veux voler !

Pour ce genre de plan, on commence à s’organiser, à programmer son emploi du temps en fonction, à consacrer régulièrement du temps à cette nouvelle activité pour atteindre l'objectif. L’excitation et l’enthousiasme viennent de pair avec la régularité, la persistance, la motivation de tous les jours de voir avancer son projet dans la sérénité.
A ce stade on comprend aussi pourquoi c’est utile d’avoir un corps sain, un esprit ouvert, de se bouger un peu, d'essayer de bien manger, de bien dormir, de bien gérer mon emploi du temps et de dire non à ce qui me détourne de ses objectifs, de composer avec ses amis, sa famille, son environnement, ses obligations pour rester équilibrée. (Parce que quand on a un but qui nous motive il peut facilement devenir une obsession, j’en sais quelque chose).


Aujourd'hui, lorsqu'il m'arrive de parler de mon passe-temps aéronautique autour de moi, dans le regard de certains je perçois parfois une lueur d’envie... Bien sûr, les discussions portent très rapidement sur les obstacles financiers, la complexité et la dangerosité du pilotage. Bref, dans la tête de beaucoup de gens, voler se n'est pas possible et surtout ce n'est pas raisonnable.

Pourtant, peu à peu, j’ai pu découvrir que la pratique de l’aviation m’apportait beaucoup plus que le seul plaisir de voler : patience, satisfaction d’apprendre et de relever un défi, humilité de la remise en question et de la progression, rigueur de la préparation, sagesse des décisions de sécurité, responsabilité, plaisir de partager une expérience, bonheur d’écouter les histoires de pilotes expérimentés, nouvelles rencontres etc.


Le premier vol en solo, c’est le plus beau de tous les examens, celui dont on se souviendra toute sa vie.


Ce soir, après 4 tours de piste, Michel m'a posé LA question. "Alors, qu'est-ce qu'on fait ? Tu te sens prête ?
J'ai confirmé. Afin de compenser la différence de poids, il fixe sur le siège arrière la gueuze, d'une quarantaine de kilos et remplit les 2 réservoirs d'essence à fond puis procède à quelques essais radio.
A partir de ce moment c'est parti, je m'installe aux commandes, prévol en bout de piste.

Vision inhabituelle de Michel à quelques mètres devant moi sur le terrain radio à la main. Dernières recommandations dans le casque et  son feu vert "Vas y, quand tu veux !".

Gaz à fond, la roue avant décolle rapidement du sol, je sens la barre revenir, les roues arrières décollent à leur tour. Je prend de la vitesse bien à plat, tout se passe bien. Je prends de l’altitude mais pas avec une forte incidence.
"beau décollage" me dit Michel en bas. 
450 ft déjà... tranquillement, je soulage le moteur. Je surveille l’altitude, la vitesse, je vais être attentive à garder mon palier pour ne pas avoir a retoucher trop de choses en finale.

"Alors c'est comment là-haut ?" me lançe avec malice la silhouette au sol à laquelle je réponds "C'est pas mal..."

Michel me propose de voler un peu dans les environs, et me dit qu'il me reprendra à la radio dans 5 mn. Je fais quelques virages, l'aile répond docilement, j’ai confiance. Les habitudes sont acquises, les gestes presque automatiques. On se laisse aller au plaisir : quel bonheur de voler seule  !!
Je prends à peine le temps de savourer le paysage de cette journée bénie que j'entends déjà mon instructeur qui me dit : "Nadine, tu me reçois ? tu me fais, comme on a dit, un passage à  600 ft au dessus de la piste, puis un tour de piste normal et tu viens te poser".

Moi qui pensais que je serais partagée entre plaisir et peur, en fait, pas le temps de se poser de questions, ni même de jubiler, concentration sur les paramètres,  et application des automatismes appris. Avec toutefois cette sensation de bonheur intense de se savoir seule en haut pour la première fois et ça, c’est vraiment fabuleux !!!.

Je prends donc mes repères de tour de piste. Je m’applique et contrôle soigneusement mes instruments.  Dans la radio, j'entends que  "les rats musqués"  reviennent de balade et signalent leur approchent. Michel leur répond "Les rats musqués, je suis en train de lâcher Nadine... ça se passe bien, merci de libérer la fréquence". La radio se tait, et je pense déjà à l’atterrissage qui se profile. Ben oui, voler c’est super mais faut bien se poser un jour comme on me l’avait bien dit dans le livre du parfait pilote ;o)

Donc j'attaque l'étape de base, dernier virage, un nouveau coup d’œil sur mes instruments et la radio me souffle  "c'est bon, tu es assez haute". La descente, la vitesse : bonne, je commence l'arrondi.... tiens, la barre est plus lourde que d'habitude, allez, il  faut terminer le mouvement,  on doit piloter jusqu'au bout !  et sans me faire peur je fais mon premier atterrissage seule à bord. Ce n’est pas un kiss landing mais c'est satisfaisant.


J'attends les consignes et surtout le commentaire qui arrive : "Félicitations Nadine, bienvenue dans la grande famille des pilotes". 
Ne pouvant m'arrêter déjà... je demande :
"Je peux refaire un tour ?"
"Tu fais ce que tu veux maintenant, c'est toi le pilote".
J’ai un petit sourire de satisfaction. J’aimerais pouvoir décrire toutes les émotions que je ressens à ce moment là mais c’est impossible.

Je me repositionne bien dans le siège, concentration, je regarde bien en face et je repars. J’entame  sagement un second tour de piste.
"Un autre ulm vient de décoller, alors allonge un peu pour ne pas être dans son sillage" me souffle Michel. Nouvelle approche et pour la seconde fois Falco pose ses roues arrières sur la piste. Je referme l'incidence de l’aile  en y allant en douceur sur les freins pour cette fois me diriger tranquillement jusqu’au hangar. J’ouvre ma visière pour prendre un bol d’air frais, un sourire jusqu’aux oreilles. 

Mon instructeur me rejoint, lui aussi affiche un large sourire et m'annonce "Félicitations ! Je suis content. Très beau lâcher, ça fait longtemps que je n'ai pas lâché une fille en plus... il y en a trop peu".
Si ça, ce n'est pas un compliment ! Je suis  comblée même si au fond de moi comme je lui dis, je sais que ça n'a pas changé grand chose, que je ne suis pas meilleure qu'avant...
Ce qui va changer, c'est que maintenant, je vais pouvoir enfin voler seule, accumuler les heures pour passer ma qualification d'emport passager, penser à tous ces vols qui m’attendent... Au fond, je vais sûrement me sentir bien seule pendant un certain temps ;o)

Coup de fil à Patrick, textos aux copains pour annoncer que le champagne va couler ...... et il a coulé, déjà le soir même car Mimi fêtait son anniversaire « alors ça y est c’est fait ? ! » me lance-t-il dans un sourire avant de m'entraîner vers une table où nous attendent tous les amis du club.


Après tout cela dans la tête... et bien, on est fière, contente, on ressent cette joie immense d'un travail accompli et bien fait  qu'on aimerait partager avec tout le monde.
Michel Pernot, mon 1er instructeur qui m’a initié aux plaisirs de l’ulm, Michel Flandin que je remercie au passage pour sa patience, sa gentillesse et sa compétence, tous mes amis pilotes, et tous les passionnés par l’univers de l’ulm avec qui j’ai plaisir à partager cette passion au sol (et désormais bientôt en vol) ou par blog interposé et tous ceux qui m’ont encouragé de leurs messages pendant toute ma formation, sans oublier Patrick, mon compagnon qui a su me soutenir comme toujours dans la poursuite de mes rêves.

 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 14:28

Mercredi 2 septembre 2009

Je tenais à vous informer de mon départ imminent pour le Costa Rica, n’ayant malheureusement pas  le temps de programmer des vols en ulm là-bas, il se peut que le blog reste en stand-by jusqu’à ce que je rentre en France  (le 18 septembre) du coup pardonnez moi à l’avance de ce silence !

Vous pourrez me retrouver, mais surtout suivre notre projet de construction de TACACORI EcoLodge sur mon second blog (http://www.tacacori.over-blog.com)

Dans les nombreuses choses à faire sur place en si peu de temps, je vais néanmoins essayer de rencontrer une personne contactée par mail sur le forum CostaRicaAviation afin d’étudier avec elle les possibilités de stockage sur place de mon ulm ainsi que toutes les infos qui me font pour l’instant défaut sur les conditions de vol au Costa Rica, autorisations, etc….

Je dois aussi trouver quelques pistes privées qui semblent inutilisées mais que nous avons identifiées comme intéressantes d’après Google Earth. Il faut que je trouve une piste et un local sûr à moins d’une heure de route de notre maison à Alajuela en Vallée Centrale.
Jusqu’ici je n’y ai jamais vu un ulm survolé les champs de café de la région, mais je ne désespère pas de trouver le futur terrain d'envol de Falco.
Et bien sûr, je vous tiens immédiatement au courant de me recherches. A bientôt !
Nadine

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 16:34

Samedi 29 & dimanche 30 août 2009

Comme chaque année, le petit monde de l'Ultra-léger se retrouve le dernier week-end d'août  à Blois. Le Salon Européen de l'ULM qui a eu lieu sur l'aérodrome du Breuil compte environ 150 exposants, plus de 1.000 ULM et environ 7.000 visiteurs dont cette année encore, je faisais encore partie.

Toutes les familles d'ULM étaient présentes : 3 axes, pendulaires, autogires, planeurs, paramoteurs.....
Comme d'habitude, c'est la grande réunion des utilisateurs et des professionnels (constructeurs et importateurs) mais aussi avec la présence des accessoiristes, l'occasion pour moi de compléter mon équipement par quelques achats. 

Possibilité pour les pilotes d’essayer les machines sur place (Merci aux sympathiques représentants de P&M aviation qui comme l'an dernier ont bien voulu mettre dans les mains de l'élève que je suis un magnifique QUIK GT-450. Superbe machine !).

Pendant ces deux journées où le temps fût de la partie,le public à pu assiter à des présentations en vol, s'équiper, de s'informer, découvrir les dernières nouveautés.



Sur le stand DTA, le fabricant de mon Combo, sont dévoilées les lignes du très beau et très attendu GYRO.DTA. 






Exposée également  la nouvelle aile sans mât Magic que Michel va ramener dimanche soir à Hoéville et que nous pourrons essayer sur le Voyageur 912 de l'école.

Possibilité aussi et surtout d'échanger des expériences avec les pilotes présents, comme ici, toujours sur le stand DTA Christophe GRUAULT, pilote pendulaire et auteur de plusieurs beaux livres de voyages.




Ci-dessous un diaporama avec quelques photos d'ambiance de ces drôles de machines qui nous font rêver comme des gosses dans le plus grand magasin de jouets d'Europe...

 


(Pour obtenir un défilement en musique clic sur le haut-parleur)

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 23:00
Mercredi 26 août  2009
Durée du vol : 1 heure

Ce soir, il faut régler cette histoire de marche au décollage et pour l'instant, ce n'est pas gagné. J'ai beau parfaitement comprendre le souhait de la barre de revenir vers moi... je ne sens pas LE moment, LE signe, L'impulsion, LE top-départ.... où quand je sens l'ébauche d'un retour et bien, c'est déjà trop tard, nous sommes en train de monter la marche infernale ;o) !

Alors que j'ajuste ma position avant d'entamer un nouvel essai, Michel saisi mon poignet gauche et le déplace sur la barre vers  la droite de 10 cm. "Essayons comme cela" me dit-il. J'applique scrupuleusement la même procédure, perçoit un léger signe de retour de la barre. Aussitôt, je la laisse revenir vers moi.... YES !!!! pas de marche !
"Voilà, c'est ce que je veux, ce n'est pas plus difficile que cela. Vous me refaites cela et le problème est réglé !"

Au tour suivant, je positionne maintenant les deux bras plus rapprochés, pensant par cette double flexion des avant-bras me fera ressentir d'avantage le signe avant-coureur du décollage de la roue. Echec !
Tour suivant, Michel m'explique : "J'ai repris votre fiche cet après-midi, j'avais déjà noté à plusieurs occasions une dissymétrie. Je vous ai observé et je pense avoir compris. En déplaçant le bras gauche on triche un peu mais on évite ce déséquilibre".

Nouvel essai avec position de mes bras légèrement dissymétrique. Banco !
On a trouvé... enfin, Michel à trouvé, moi j'aurais pû chercher longtemps !
Je reçois enfin le petit signe de ma machine. Ce n'est pas du 5/5 et j'ai plutôt intérêt à être aux abois. Si il y a un moment où je suis concentrée c'est bien celui-là....
Tellement contente d'y arriver que j'enchaînerais bien un chapelet de décollages si la nuit ne m'arrêtait !
Michel n'écrira que trois lettres sur ma grille de progression. BAL (Bon à lâcher)

Depuis quelques temps, ma blogosphère et mes amis ne manquent pas de me charrier sur mes nombreuses heures en double commande. Je souris. Chacune de ses heures a été une belle expérience. Elles ont confirmé ma motivation, renforcé mes acquis, m'ont apporté progressivement la sérénité du vol.  Aux commandes de Falco, je me sens à l'aise, calme, je sens qu'on est ok.

Il a fallu en faire des heures, oui certainement, quelques heures nécessaires, aux cotés d'un instructeur, sympathique, calme, excellent, qui m’a fait découvrir un pilotage fin, précis, la satisfaction de me surpasser, le plaisir de piloter.
Avec lui, j’ai apprivoisé mon Combo, ses particularités, les caprices de l'aérologie parfois, et une à une il a corrigé avec beaucoup de patience mes erreurs et approximations. Et c’est seulement maintenant, après avoir fait suffisamment connaissance avec ma belle petite machine, après avoir pris confiance et exploré beaucoup de facettes du domaine de vol qu'il nous laissera elle et moi bientôt continuer seul notre histoire.

L’essentiel n’est-il pas d'avoir déjà vécu une bonne quarantaine d'heures de bonheur jusqu’à ce « vous êtes lâchable» ... 

Tableau récap d'heures en cours de vérification...

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 23:00
Lundi 24 août  2009
Durée du vol : 1 h 00

 

Dans la voiture qui m'amène à la base je préfère regarder défiler le paysage plutôt que parler tout en laissant flotter mon attention, en suivant ma rêverie...

Patrick est au volant, à ses questions, mes réponses évasives qu’il feint de croire.

Est-ce le temps qui passe, est-ce l’ennui face à cette activité professionnelle à l’égard de laquelle je me sens désormais tellement usée et qu’il serait temps que je quitte,  est-ce l’annonce d'une nouvelle qui me contrarie, est-ce parfois une certaine incompréhension de cette société, est-ce la pensée des contraintes matérielles et administratives qui rendent si compliquées mes affaires en ce moment, est-ce cette ultime précision de pilotage à régler, minime, mais qui m’agace, est-ce une simple et inévitable baisse d’énergie après des journées riches en activités qui m’avaient vivifiées ?

Un peu de tout cela sans doute.


Au moment où je suis descendue de la voiture, où j’ai retrouvé la base, j'espérais trouver mon instructeur en pleine forme. C'est raté, écrasé par la chaleur de cette journée. Il me prévient  "Il va falloir bien piloter ce soir parce que je suis fatigué". Jean-Louis est là aussi et plaisante de mon manque d'entrain.
Prévol. Je m'installe aux commandes du combo et tourne la clef. Tiens ?  Rien.... Normal, je n'ai pas relevé l'interrupteur général...
Ca commence fort, il faudrait bien que je me réveille maintenant..
Heureusement l'émulation de l'air pilote et une fois lancée, je retrouve vite les joies du pilotage.
 

C'est justement l'un de ces soirs sans vent, dont rêve tout élève-pilote pour son lâcher. Hélas, ce ne sera pas aujourd'hui,  pas temps que cette marche dans l'escalier du ciel subsistera...

Après plusieurs essais infructueux, Michel me dit : "On va essayer quelque chose". Il se positionne en début de piste et commentant chacun de ses gestes sur la barre me fait une petite démonstration qui confirme ce que je savais déjà : j'en fais trop.
Prise de vitesse, il pousse lentement la barre et la maintien juste du bout des doigts. Bientôt, elle reprend de façon naturelle et au moment qu'elle a choisi une position adaptée à une montée en douceur.
L'escalier du ciel...

Rageant !!! la machine fait seule ce que je ne suis pas capable de lui demander !
Bien sûr il ne s'agit pas de lâcher la barre ainsi à chaque décollage, mais cette démonstration réalisable par temps parfaitement calme vise à me faire prendre conscience que je dois accompagner en souplesse le mouvement naturel de la machine comme je sais le faire parfaitement pour d'autres phases du vol.
Je comprends bien mais tout à l'air tellement simple quand on sait le faire. La grande différence que j'ai pu noter entre son pilotage et le mien, c'est  justement cette grande impression de facilité qu'on ressent. Quand on regarde Michel piloter, tenant la barre du bout des doigts, très détendu, faisant des tours de piste dix fois plus courts, il se dégage une impression de facilité, on se dit : "comme c'est cool de voler avec ce petit engin !". On n’imagine pas tout ce qu'il faudra comprendre et ressentir, ce qu'il faudra expérimenter avant de savoir le piloter ainsi.


Tableau récap d'heures en cours de vérification...
Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 20:00

Dimanche 23 août  2009
Durée du vol : 30 mn

Je suis venue avec Patrick et en famille pour montrer mes équipements et matériels à ma maman.
Ulysse et Elfy font également partie de la sortie dominicale.
Tout ce petit monde remuant doit perturber un peu ma concentration. Commençant ma prévol, le soleil dans l'oeil, je loupe une attache sur l'aile défaite alors que je recommence toujours systématiquement par un contrôle visuel de ces points... Michel me conseille de toucher chaque attache. 














Un vent de travers, plutôt irrégulier que je décode sur la manche à air me laisse présager des atterros encore assez techniques ce matin. L'impression est confirmée au décollage, le combo se fait plutôt remuer en montée initiale, et je dois chercher à plus de 500 pieds la couche laminaire pour que tout se calme enfin.


Le tour de piste est tranquille à cette altitude, mais Michel me rappelle qu'on va retrouver l'air agité en finale.  En effet, on descend vite et je me fais bien balader de gauche à droite avant un  toucher néanmoins assez élégant, ponctué d'un couinement des freins sur l’herbe trempée de rosée.

Tout doux sur le frein, ça glisse... et plus haute la finale le tour suivant. Je me fais mon autocritique et hop je repars pour un tour.

Je m'efforce de bien travailler le décollage de la façon convenue. Prise de vitesse au roulage avec incidence de l’aile au neutre et seulement après, ouverture de l’incidence pour mieux sentir le moment où les roues quittent le sol, anticiper, relâcher la barre qui revient vers moi pour adoucir cette petite marche que Michel souhaite me voir supprimer avant de me lâcher. Pas  évident de chopper ce petit coup de patte, de sentir  quelque chose avec ce vent qui s’amuse avec mon aile...

Je me fais à nouveau  balancer dans la montée, un peu plus que tout à l’heure, et à chaque tour de piste ce sera progressif. Au fur et à mesure, les thermiques arrivent, ajoutant au tableau quelques petites pichenettes imprévisibles. Vraiment pas un temps de Trésor !    *(expression "Hoévillesque" honteusement répétée...)

420 ft, 450 ft, 500 ft... j'en suis maintenant  à choisir d'être à près de 600 ft au dessus du repère de la ligne électrique. Première fois que je suis si haute pour initier une finale et sous mes roues la piste me renvoie une image peu habituelle. On descend, que dis-je, on plonge ! tiens, pour une fois Falco mérite son nom de rapace. La vitesse en approche dépasse les 100km/h, malgré tout je ressens encore de bonnes claques qui m’obligent à une haute vigilance pour maintenir toujours la vitesse une grande fermeté sur la barre en axe de roulis. Arrondi. Posé doux bien amorti ! Michel me glisse dans l’intercom « On arrête, c’est bien pour aujourd’hui, on reste sur une bonne impression »

Alors que me prépare à ranger le combo sur le chariot, il téléphone aux pilotes qui sont en l'air pour les alerter sur l'aérologie un peu particulière de ce matin.  Jean-Claude malmené lui aussi par une rafale, posera trop long et sera contraint de redécoller en bout de piste alors que Michel et Martine sa passagère avec son aile Diva se pose sans soucis. Voilà ! Tout le monde est bien rentré et les discussions vont bon train autour d'un café et de délicieux croissants. Ma maman est ravie, elle a vu sa fille voler.














Une halte dans les champs qui jouxtent la piste. Les mirabelles hors gabarit ont été laissées sur place en petits tas dorés. Il n'y a qu'à se baisser pour choisir les fruits qui viendront garnir la tarte de demain et remplir quelques pots à confiture que j'essayerais bien de glisser dans une valise en souvenir de ces mirabelliers mosellans que je survole depuis 3 mois.
















Tableau récap d'heures en cours de vérification... 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 16:49

Samedi 22 août  2009
Durée du vol : 1 heure


Aujourd’hui un programme chargé m’attend :
deux allers-retours Vosges/Meurthe-et-Moselle suivis de deux barbecues sympas entre amis. Le samedi ne va pas être trop sportif...

Alors, à peine levée, je saute aussitôt dans ma petite voiture qui m’amènera à Hoéville. J’y retrouve Michel à 8 h pour ce cours matinal.

Le Combo a un câble de frein sectionné. Michel l’a remarqué en le sortant et déjà il s’active à changer la pièce défaillante. J’essaye de l’aider comme je peux c'est-à-dire bien peu...
Je suis à peu près certaine que je n’aurais pas remarqué cela à la prévol…  Bien que ce problème ne soit pas récurant, je me dis que je vais ajouter ce contrôle désormais. 

Au bout de la piste un pilote nous prend des séries de photos de mes entraînements.  Je ne le sais pas encore mais ces photos qu'il va nous offrir vont permettre à Michel de me montrer de façon précise un petit défaut au décollage qu'il veut absolument me voir rectifier avant de me lâcher.
Pour lui c'est l'ultime chose qui cloche, tout le reste est ok.
Une petite marche de 5 mètres avant le lâcher, une marche qui pourrait devenir dangereuse quand je volerai seule, ou en cas de rafale.
Fin de la leçon, débriefing : du mieux, mais correction pas encore parfaite.
Je vous montre la fameuse marche, bien visible dans les deux derniers plans de cette succession d'images en rafale.

 

 Tableau récap d'heures en cours de vérification...

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 21:27
Jeudi 20 août  2009


















Non, pas de cours aujourd'hui .... si je suis à Hoéville c'est que c'est ici que j'ai choisi de passer ma soirée d'anniversaire autour d'un barbecue avec mes nouveaux amis pilotes.
Super soirée où j'ai été gâtée : "tee-shirt officiel" des Rats Musqués d'Hoéville, casque Lynx & kit head-set solo bleu assorti au bord d'attaque de mon aile. Je peux vous dire qu'avec tout cela que je me sens maintenant complètement dans la peau du personnage. J'en oublierais presque que je n'avais pas envie d'avoir un an de plus... ;o)

Photos Martine et Patrick

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 22:00

Mercredi 19 août  2009
Durée du vol : 1 heure

Falco prend son envol,  pendu à sa petite hélice tripale. Michel et moi profitons immédiatement de la sensation agréable d'être en l'air après une chaude journée d'été.

Le ciel est dégagé, l'air est calme et nous sommes nombreux ce soir à voler. J'ouvre donc l'oeil sur l'environnement. 

Petits tours de pistes appliqués pour moi avec quelques posés de roues pas trop mal réussis en 03 mais surtout je retravaille mes décollages en prévision du lâché.
Ce soir, j'ai eu aussi un peu de mal à garder mon niveau de palier régulier aux premiers tours et me suis encore un peu décalée de 5m de l'axe de piste à l'atterrissage.
Un peu de travail encore en précision.

Pas grand chose à vous raconter d'autre si ce n'est que je passe une excellente soirée et que Michel me fait un guise de débiefing un cadeau bien sympa pour cette veille d'anniversaire : il m'offre cette leçon.

   Air Loisirs    Flying croco  Vol à vue    Total Cumul
Ecolage    18 h 45   21 h 10 39 h 55   51 h 30
Balade 6 h 05    3 h 10 2 h 20 11 H 35 

 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:36

Lundi 17 août  2009
Durée du vol : 1 h 00

Une prévole studieuse sous l'oeil attentif de Michel où je détecte une aiguille décrochée en haut du mat mais complétée par un commentaire de mise en garde concernant le niveau d'huile à surveiller dans le réservoir. 

Ce soir, l'air bienfaisant ouvre largement l'accès au regard pour un nouvel entraînement. Les tours de piste vont s'enchaîner pour à chaque fois gagner en précision.  Checks effectués correctement, vitesse tenue, je suis sur l'axe en finale et je pose avec la bonne vitesse.

Au sol Michel me fait remarquer que j'ai été déviée à droite. J'avais pourtant j'en suis sûre, commencé ma prise d'axe aligné sur le centre de la piste comme d'habitude et compensé ma dérive. Alors ?
Tout aurait pû être routinier ce soir et bien non... c'était sans compter un nouveau paramètre aérologique un peu fourbe : une double dérive qui s'inverse dans la pente de descente....

Chaque tour de piste sera différent et à plus forte raison chaque cours réserve une surprise. Il me faudra plusieurs essais pour gérer ce petit problème de précision, car l'alignement sur l'axe de piste : il y tient mon instructeur !

Sa règle est simple : toujours associer, et ce jusqu'à la fin de son vol, le maximum de facteurs favorables permettant d'anticiper et d'optimiser la sécurité, dans ce cas ci-dessus c'est prévenir une rafale près du sol qui pourrait par exemple nous projeter sur des bas-cotés dangereux.

Autrement dit : se poser bien dans l'axe pour que tout tourne rond ;o)

La piste d'Hoéville


   Air Loisirs    Flying croco  Vol à vue    Total Cumul
Ecolage    18 h 45   20 h 10 38 h 55   50 h 30
Balade 6 h 05    3 h 10 2 h 20 11 H 35 

 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article

Présentation

  • : Flying and Travelling
  • Flying and Travelling
  • : Mes expériences de pilote ulm pendulaire et les carnets de route de mes voyages (Namibie)
  • Contact

Profil

  • Nadine
  • On me dit généreuse, volontaire voire obstinée...
 Je suis aussi d'une mauvaise foi épouvantable, la preuve : je le reconnais ! 
D'ailleurs, depuis que je suis modeste, je suis parfaite ;o)
  • On me dit généreuse, volontaire voire obstinée... Je suis aussi d'une mauvaise foi épouvantable, la preuve : je le reconnais ! D'ailleurs, depuis que je suis modeste, je suis parfaite ;o)

Flying and Travelling



NadDes envies de couleurs, d'images, de voyages et d'expériences.... Voler, être en contact avec l'air et le léger, exprime des aspirations à une certaine élévation, un besoin irrépressible de s' ouvrir à d'autres sphères, de se rapprocher de la nature. S'envoler, tout comme voyager, c'est se détacher un instant de son quotidien, se libérer, s'élever, découvrir et apprendre...

Un blog pour raconter ces expériences, car chaque personne a quelque chose à dire pour peu qu’il y ait quelqu’un pour l’écouter ou la lire... Bienvenue sur Flying and Travelling.
Nadine

Recherche

Archives

Catégories