Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 14:43

Mardi 15 avril 2009
Durée du vol  d'essai :  45 mn
Total heures de vol : 29 h 15 mn 

Voilà que sur le net (altibulle) croise une petite annonce (mais qu'allais-je faire aussi sur un site de petites annonces ;o) qui propose un ulm d'occasion  : un Combo 582 DTA, équipé d'un démarreur électrique, et de pas mal d'options assez sympas…coïncidence, l'appareil se trouve à une heure à peine de chez moi.

L'occasion (autrement dit un DTA) est suffisamment rare pour déclencher en moi une curiosité...plus qu’intéressée…. Je connais le Combo, je l'ai vu au salon de Blois mais n'ai pu essayer cet appareil d'excellente réputation. Les pendulaires DTA n'ont plus à démontrer leur capacité tout terrain, et je connais quelques pilotes expérimentés qui ont choisi cette marque pour voler dans des conditions difficiles et/ou des pays lointains pour une question de fiabilité. Je mail mes questions à l'un d’entre eux (un jour je vous parlerai de lui ;o) pour avoir un avis technique sur cet appareil qu’il m’a recommandé. J'appelle aussi DTA le fabricant, au sujet de l'aile, puis enfin "Vol à vue", la base Ulm de Hoeville (Meuthe-et-Moselle) dans le Lunévillois pour en savoir un peu plus sur cet appareil qui se trouve chez eux, et finalement nous convenons d'un rendez-vous pour l'essayer.

Mercredi 15 avril, je quitte mon bureau à 17 heures, cap sur la Meurthe-et-Moselle ! Surprise : à Hoéville, il y a beaucoup de pendulaires. Il n'y a même QUE des pendulaires ! Je traverse un long hangar où sont alignés une bonne trentaine d'ulm (Air Création & DTA).
Le Combo m'attends dans un second hangar et Michel Flandin, instructeur et responsable cette Plate-forme me dresse l'historique de l'appareil et réponds avec compétence et sérieux à toutes mes questions techniques. L'ulm compte 90 heures au compteur. Il est magnifique d'aspect et pour cause il est quasi-neuf... Son propriétaire, un septuagénaire a méchamment loupé son atterrissage. Il s'en est sorti sans trop de bobos (merci DTA) mais tout l’avant de l’appareil fut déformé. Réfection complète de l'ulm pendant l'hiver. Passage aux mines. Le revoilà avec un châssis avant remis à neuf, une motorisation révisée et une aile de 150 heures installée pour l'essai : la Dynamic 450.

Disponible également autre aile, la D430, plus courte et plus rapide. Nous allons essayer l'appareil et les deux ailes pour les comparer. Après une présentation des commandes, c'est sans plus d'appréhension que je prends place à l'avant avec comme flight-instructor  (FI) le responsable de la base. 

Je m'en réfère à ses consignes, et  nous roulons sur la petite piste, puis je m'élance .... gaz au pied ! (moi, j'ai appris depuis le début avec Michel gaz à main). Décollage. Le Combo file maintenant docilement au dessus de la plaine lunévilloise. Je virevolte, tourne, teste l'aile, accélère, réduit, en piquer, cabrer... tout va bien. Seule une certaine crispation due à cette gestion inhabituelle de l'accélérateur au pied tétanise un peu à peu ma jambe droite. Pour le reste, tout est calme et agréable, je sens bien la machine. Derrière moi Michel Flandin parle peu, mais je sais qu'il observe mes gestes, veille et surveille, présence rassurante dans mon dos.

Pendant l'arrondi l'aile reste souple. Atterrissage assez correct (puisqu'on ne me demande pas une remise de gaz ;o) et nous changeons d'appareil pour emprunter le Combo d'un élève équipé de la D430. Pas flagrante, mais la différence entre ces deux ailes est néanmoins sensible. Le seconde est plus rapide mais légèrement plus rebelle, disons que finalement elle semblerait m'obéir moins vite. Comme l'élève à qui appartient ce Combo attend pour faire son lâcher, j'évite de le faire trop attendre, j'écourte ma seconde balade et me pose d'une façon moins franche.

Bilan : J'aime beaucoup la première configuration Combo-D450,  l'esthétisme aussi me satisfait (oui, là, c'est mon coté fille qui parle...). Je vais réfléchir à tout cela.... Avant de partir, je croise Isabelle une élève-pilote comme moi, elle me dit  préférer aussi la maniabilité de l'aile D450. 

"Réfléchissez vite..." me souffle M. Flandin avant de décoller pour des tours de pistes avec son élève, "... ce genre d'appareil ne restera pas bien longtemps à la vente, déjà deux autres acheteurs potentiels sont sur les rangs".

La nuit porte conseil : après une nuit blanche,  je confirme le lendemain  ma réservation du Combo !!!! ;o)

  

o) 

 


   Air Loisirs    Flying croco  Vol à vue    Total Cumul
Ecolage    18 h 00  3 h 10   22 h 10   29 h 15
Balade 6 h 10   (essai 45mn) 6 h 55

 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 13:55
Jeudi 9 avril 2009
Durée du vol :  45 mn
Total heures de vol : 28 h 30 mn 

Je partage depuis de nombreuses années beaucoup de choses avec Patrick, mais pas vraiment cet engouement pour l'ulm. Aujourd'hui, néanmoins il a accepté de m'accompagner à Dogneville.et Michel lui a proposé de faire un petit tour sur le Clipper. A ma grande surprise, il accepte cette proposition en tant que passager.

En cette fin d'après-midi l'air est devenu stable et je sais que son vol sera paisible, conditions idéales pour un vol motivant et rassurant. Survol d'Epinal et atterrissage très court du maestro-pilote un quart d'heure plus tard sur la piste des modèles réduits... Patrick a semble-t-il apprécié ce petit vol découverte mais, mais une fois au sol pas d'euphorie, il ne m'en reparlera pas toute la soirée comme je l'aurais certainement fait dans son cas...;o)

Je fini donc cette heure commencée et reprends les commandes du clipper pour prendre aussitôt ma vitesse de croisière en direction aujourd'hui de Padoux. Une étroite piste d'herbe (10 m de large) se déroule au milieu de prés incroyablement verts en ce début de printemps. Ci et là les forsythias ponctuent de petites touffes jaunes la plupart des habitations. Dans quelques jours une explosion d'or couvrira les champs de colza, et je me promets à de revenir shooter quelques photos pour vous montrer cela. Vu du ciel ce sera fabuleux !

Mais pour l'heure, je dois m'appliquer à viser une demi douzaine de fois et le mieux possible un long ruban vert gazonné : la première tentative restera la  meilleure de la série du jour.
Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 14:16

Une belle idée de week-end. Quelques heures de voiture et me voici rendue au plus grand salon aéronautique européen !

Plus de
 500 exposants de 30 pays pour un total de 46 400 visiteurs. AERO 2009 le Salon International de l’Aviation Générale se tenait cette année du 2 au 5 avril. Le salon a lieu directement sur le grand aéroport de Friedrichshafen (EDNY) au sud de l’Allemagne, au bord du lac de Constance.

Beaucoup, beaucoup de choses à voir dans les 12 immenses halls d'exposition avec cette année comme nouveauté un espace spécifiquement dédié aux hélicoptères. Une majorité de multiaxes, des avions de toute taille, un espace aéromodélisme, des vieux coucous encore tout rutilants, des prototypes, des nouveautés, des paparazzis qui viennent espionner la technologie concurrente, des meetings aériens et  ça et là au détour des allées quelques pendulaires - trop peu nombreux à mon gout -étendent leur ailes multicoles pour mon plus grand plaisir ;o)
Je vous laisse suivre ma visite avec un diaporama maison  de plus de 130 photos...
Prochaine édition : AERO 2010, du 8 au 11 Avril.
www.aero-friedrichshafen.com
 

 







 

 



 

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 10:53
Vendredi 3 avril 2009
Durée du vol :  30 mn
Total heures de vol : 27 h 45 mn 


Je n’y arrive pas :o(

Michel a trouvé un nouveau jeu : la remise de gaz pendant l’atterrissage ! 
Moi, j’aimais bien atterrir sans moteur, tout à ma trajectoire, les sens en alerte...et mes atterrissages étaient bons ainsi. Je comprends bien l’intérêt d’une telle manœuvre en cas de vent et je suis d’accord pour apprendre à la faire mais à chaque tour de piste…. Pfff….
Mes atterrissages de ce jour sont moches, mais moches ! (heureusement qu’il n’y a personne pour les voir) et ils me laissent l’impression très désagréable de régresser.
Michel derrière moi insiste et me demande de préciser mon point d’aboutissement, remise des gaz pour arriver pile poil dessus si je suis un peu trop courte, remise des gaz si je manque de vitesse au lieu d’utiliser la barre de contrôle, remise des gaz si l’air est instable au niveau de l’arrondi, remise des gaz pour corriger une trajectoire… tous les prétextes sont bons et moi ça commence à m’obséder dès la finale à tel point que après un « touch and go » je redécolle avec l’aile de travers, ce que je n'avais encore jamais fait…

Michel l’a bien entendu noté… « Peut être es-tu fatiguée ces temps-ci ? » me souffle-t-il en conclusion.
Je roule vers le hangar, cours assez déprimant, je rentre fatiguée, hs, ko, déçue. Cette formation commence à devenir un peu longuette…
Le 16 avril l’an dernier je montais pour la première fois dans un ulm, ça fera bientôt un an.

Michel ne me le cache pas « il ne te reste plus que cela pour être lâchée »…. à suivre.... Kiss ;o)
Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:08
Spécialement dédicacée à ma soeur pour son anniversaire ;o)


Repost 0
Published by Nadine - dans VIDEO
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 15:30

*Le bleu horizon est une référence à la ligne bleue des Vosges (Wilpikédia)

Samedi 28 février 2009

Durée du vol :  2 h
Total heures de vol : 27 h 15 mn 


Un mois presque sans pouvoir voler. Pourquoi ? Parce que tous les ans c'est pareil, le mois de février, théoriquement plus court, n'en finit pas... Optimisme et météo frôlant le zéro degré Celsius, giboulées de neige et de mauvaises nouvelles. Pouah ...et, en ce dernier jour du mois, comme un cadeau des dieux pour se faire pardonner voici un temps de curé !

Cette expression est utilisée par les pilotes lorsqu'il fait très beau : le ciel est d'un bleu pur, aucun nuage ne trouble l'horizon et une visibilité excellente. Il fait "CAVOK" (Cieling And Visibility OK). 

 

Survoler le Massif des Vosges en hiver, c’était dans mon idée.  M’offrir, de ma région natale, le plus somptueux des cadeaux d'adieu. Ne pas la quitter avant d'avoir volé avec pour horizon cette mythique ligne bleue des Vosges.

 

"Fais de ta vie un rêve et de tes rêves une réalité" mon leitmotiv 2009. Rêve extrême à vivre aujourd'hui dans les airs au dessus de ces décors somptueux.

 

Gérard nous a rejoint. En l'appelant ce matin au téléphone, je lui ai communiqué mon envie de profiter de cette belle journée pour effectuer en ce qui le concerne son premier vol de l'année. Nous décollons simultanément mais hélas, je perds très vite son contact radio car,  je le saurai plus tard, ses batteries n'étaient pas rechargées :o(

Comme notre Clipper est plus rapide que son Racer, nous effectuons régulièrement des boucles pour lui permettre de nous rattraper. J'en profite pour admirer les paysages d'une vision à 360° !

 

Nous volons depuis près d'une heure et la vue ne cesse de m'impressionner par sa beauté. Sous mes yeux le paysage n'est que douceur et rondeurs apaisantes, dans des camaieux de bleus infinis.
4000 ft plus bas se déroule un massif tendrement montagneux où tout semble à portée de main, facilement accessible. Une navigation idéale sans aucune turbulence.


Vus du ciel, ces sommets  ordonnés en longues rangées, ressemblent à des vagues figées…avec tout au bout de l'horizon l'écume blanche de la longue barrière enneigée des Alpes.
C'est stupéfiant de beauté ! Irracontable...
J'ai l'impression de redécouvrir ces paysages connus d'un angle de vue tellement différent et avec un je ne sais quoi pourtant de familier…


 

Immanquablement mes yeux se posent successivement sur les nombreux lacs nés des anciens glaciers qui s’égrènent de part et d’autre de la chaîne. La plupart nichent en altitude dans de petits cirques aux parois vertigineuses : lac des Corbeaux, lac d’Alfeld, lacs Noir ou Blanc, Longemer et bien sur Gérardmer, le plus grand d’entre eux avec ses 115 ha et, dit-on, le plus beau ;o)

Mieux qu'un GPS, Michel habitué lui à cette vision différente des paysages, identifie rapidement les villages survolés et m'énumère la plupart des sommets et des lacs. Gérard passe non loin de nous. Je tente, un peu gauche, mes premières prises de vues en vol en tant que pilote, tout en gardant un oeil sur la barre et les instruments. Pas évident de cadrer avec la visière du casque, l'écran, le soleil et le froid qui glace les mains dès qu'on les retire des manchons.
Nul doute que la technique demande à être améliorée ;o)

 

Bref, j'ai survolé l'un des plus beaux itinéraires des Vosges, le long des sommets vosgiens (Hohneck, Kastelberg, Rainkopf, Grand Ballon), la route des crêtes... le territoire des chamois ! mais à cette époque de l'année c'est surtout celle des skieurs que j'aperçois comme des colonies de fourmis atines glisser le long des pistes.


De ce dernier jour de février je garderai ces images que je partage ici avec vous et plus égoïstement aussi beaucoup d'autres en tête et un souvenir ému et impressionné.

 

PS : Je vous mettrai bientôt une petite vidéo de ces images, le temps de trouver le temps de les monter ;o) et d'autre images dans un nouvel album photos "Ligne Bleu Horizon"

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 16:50
Samedi 1er février 2009
Durée du vol :  30 mn
Total heures de vol : 25 h 15 mn 

De longues volutes de fumée s’élèvent presque horizontalement de l’usine de Golbey et se perdent, entrelacées. On croirait deviner une cohorte de spectres qui exhalent un ultime  soupir avant de disparaître dans un ciel d’opale, et cela n’augure rien de bon. Un coup d’œil sur la manche à air à l’arrivée me le confirme : la partie va être musclée today.
35 à 40 nœuds me confirme Michel mais nous décollerons face au vent, « ça devrait aller ». Moi, courageuse mais pas téméraire, je vois déjà la difficulté… je lui souffle comme pour mieux me motiver « Bon, on peut essayer, mais si c’est trop dur on n’insiste pas ok ? » Michel cool : « Bien sûr, on peut faire 5/10 mn même ».

Marcel qui est de passage au Club m’aide à sortir l’Ulm que nous attachons bien une aile inclinée du coté du vent. « Brrrr , tu es courageuse» frissonne-t-il en me souhaitant bon vol.

Au roulage, je sens déjà le vent impatient de jouer avec mon aile. Je m’aligne et je décolle en 02 (mon coté préféré). Calmant  aussitôt comme je peux la bestiole qui décolle à la verticale… Whouaaa.... dites, la leçon d’hier tombait à pic, le palier, penser au palier !

Un vent d’hiver capricieux aux tonalités rudes et glaciales nous agitent copieusement maintenant jusqu’à  environ 1000 ft où, lassé sans doute, il nous abandonne…. pour mieux nous retrouver plus tard dans ma descente et jouer les trouble fête dans mes atterrissages. J’entends Michel me dire dans l’intercom, "c’est difficile aujourd’hui hein ?  sans doute la leçon la plus difficile de ta formation.. ". Bien sûr, très difficile, je me bat avec l'engin, vigilance orange ;o). Je ne me risquerais pas à voler avec ce vent toute seule, mais avec Michel derrière c’est possible, et très formateur. Je pense d’ailleurs qu’il y a quelques temps encore c’est lui qui aurait refuser de voler avec moi avec autant de vent. Gardons à l’esprit qu’on peut très bien décoller un jour par temps calme et se poser une heure plus tard avec des rafales impromptues alors autant avoir déjà vécu si possible la situation pour reproduire alors les bons gestes. Tours de piste longs ou très courte finale, nous verrons méthodiquement chaque cas alors que m’applique, à garder la trajectoire avec mon moteur comme seul allié contre la danse obsédante du vent.

hear the wind - Gene Clark

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:49
Vendredi 30 janvier 2009
Durée du vol :  60 mn
Total heures de vol : 24 h 45 mn 

C’est la couleur du ciel ces jours-ci…Je ne comprends pas pourquoi je suis la seule à vouloir voler un jour pareil. Certes, il m’arrive de croiser quelques pilotes multiaxes encapsulés bien au chaud dans l’habitacle de leur machine, mais depuis quelques temps plus aucun pendulaire. A croire que ces drôles d’oiseaux sont migrateurs et hibernent dans quelques pays chauds jusqu’aux beaux jours. Pourtant, bien emmitouflée comme vous le voyez sur la photo, on peut raisonnablement voler à cette époque dans les Vosges. L’air y est pur, ça porte bien, pas beaucoup de monde... impeccable donc  pour une élève-pilote qui doit faire ses tours de pistes.

Je retrouve Michel attablé devant  un prototype d’hélice 3 pales pour un multiaxes pioneer. Depuis 4 mois, il a passé un nombre incalculable d’heures de travail pour réaliser une pièce calée avec une extrême précision. Il termine un premier essai de son positionnement et me montre comment on règle les hélices avec l’inclinomètre. De la haute précision. En aéronautique pas question de tolérer la moindre imperfection sur une pièce.


Debriefing avant le départ : aujourd’hui on va modifier le décollage : création d’un palier de prise de vitesse. C’est parti pour un tour, donc décollage, palier, montée douce puis seulement  relâcher la traction sur la barre une fois arrivé à une hauteur suffisante, puis une fois stabilisé soulager enfin le moteur. On répète l’exercice plusieurs fois, et comme le dit le proverbe chaque décollage est impérativement suivi d’un atterrissage (ou chaque décollage est volontaire, tout atterrissage est nécessaire). Autant d’atterrissages qui aujourd’hui ne sont pas mal du tout. Michel veut surtout me faire sentir l’intérêt d’une remise des gaz dans certains cas. Il parait que c’est là où je peux encore m’améliorer. Il faut comprendre quand c’est nécessaire et utiliser cette possibilité à bon escient  pour prévenir d’une rafale ou gagner en stabilité.
A part le dernier (comme souvent et je ne sais pas pourquoi) les posés étaient jolis « On auraient dû les filmer » plaisante Michel comme nous regagnons le hangar. On fait une pause pour se réchauffer. Plus tard nous referons à nouveau les mêmes exercices mais très vite une chape d’obscurité englouti lentement le ciel, tolérant ça et là quelques lueurs blafardes. A 1000 ft on aperçoit encore rougeoyer un horizon de nuages. Au dessus de nos têtes clignote le flash de la petite lumière fixée sur le mât central, signal discret de notre présence étrange dans cet espace aux lueurs moribondes.

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 13:00

Vendredi 16 janvier 2009
Durée du vol :  60 mn
Total heures de vol : 23 h 45 mn 

L’air est calme et stable en ce début d’après-midi. Je pourrais lâcher la barre sans problème. Face au soleil, la visibilité est très limitée. Nous semblons progresser dans une sorte de fumée diffuse qui opacifie toutes les couleurs. Michel me dit que sur le retour nous auront une toute autre visibilité, bien meilleure... Nous arrivons à notre but : une piste privée à Girancourt-sur-Vraine qui jouxte une grosse maison. Nous survolons une première fois la piste pour me permettre de bien la visualiser. Vu d’en haut la bande de d’herbe se distingue seulement d’une couleur différente délimitée à un seul endroit par deux petites bornes. Alors que je me concentre sur mon arrondi, Michel me fait remarquer que je ne suis pas dans l’axe de la piste. Je corrige et je m’aligne sur la bonne bande d’herbe cette fois-ci. Nous posons et repartons aussitôt.

Le spectre de Brocken est formé par la diffusion de la lumière par les gouttelettes qui forment le brouillard. La condition optimale pour l'observer est d'avoir un Soleil bien dégagé derrière soi et une nappe de brouillard devant soi. On a donc le Soleil dans le dos, et l'on observe l'apparition d'un cercle lumineux et coloré à l'exacte opposée du Soleil. Ce cercle lumineux a pour nom la Gloire. On observe aussi une zone centrale sombre, qui n'est autre que l'ombre de l'observateur et dans notre cas de l’ulm, cachant le centre et le bas de la Gloire : c'est le Spectre de Brocken. Chaque personne voit donc son propre spectre. Pour ceux que ça intéresse, un complément détaillé sur la théorie, voir l'étonnant site de Les Cowley :
Gloire et Spectre de Broken.

 

Voici la meilleure des 3 photos que j’ai prise. Elle est nettement moins bonne que celle de prise par Gérard sur un précédent post que vous retrouverez sous le titre  « l’auréole du pilote ».

Mais comme je me suis gelée les doigts (vraiment gelés vous savez, en quelques secondes à peine sans gants...) et que c’est la première « Gloire » que je vois, je vous la mets quand même. A vous de bien regarder et de chercher l’ombre de l’Ulm ;o)

 

Après ce petit jeu dans les nuages, nous sommes complètement désorientés. Je plaisante « Ca y est Michel, on est perdu ? ». C’est vrai, juste assez pour retenir la leçon, car rapidement Michel reconnaît les alentours de la piste privée de Ville sur Yllon.

 

Une belle petite piste qui monte légèrement et jouxte un joli chalet bois. Nous faisons un décollage vent dans le dos, chose que je n’ai encore jamais expérimenté. Quelle surprise ! j’ai l’impression que Delta India ne décollera jamais. J'expérimente ici la théorie apprise récemment sur les facteurs d'allongement des distances de décollage. Bonne leçon. Je ne couperai pas à une série d'atterrissages sur la piste de Dogneville pour compléter cette heure entière de cours. Nous posons sur un dernier atterrissage assez joli. J'ai les doigts gelés et Bruno qui pendant tout ce temps attendait

Pour terminer, jadis Michel Audiard a dit : « Heureux soient les fêlés, car ils laissent passer la lumière » ;o)

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 21:28

Samedi 12 janvier  2009
Durée du vol :  30 mn
Total heures de vol : 22 h 45 mn 

Feu follet de l’hiver, je suis rarement en hibernation. On ne peut pas décider que six mois de l'année sont à jeter par la fenêtre ! J’ai besoin de varier les activités intellectuelles et physiques sinon j'aurais vite fait de stagner devant l'ordinateur et de me trouver des tas de choses passives à faire devant mon écran. 
Mon pire ennemi, c'est bien l’indifférence, et j'essaye de me lancer plus d’un défi dans cette vie pour couper court aux rouages de l’ordinaire. Un petit coup sur l’accélérateur, suivi d'un grand coup de frein pour ne pas balancer dans l’impatience ou l’exigence ;o)

J'aime finalement ces vols dans les frimas de l'hiver, où l'on est soumise modestement aux règles de la nature et des vents par son énergie douce ou parfois énorme. Aujourd'hui, ne parlons pas si vous le voulez bien, de tours de pistes, d'améliorations ou de défauts, de ces choses techniques qui à force d'y revenir réduiraient ce blog à des comptes-rendus purement qualitatifs de ma formation. 

J'aimerais vous dire simplement que j'aime retrouver "Delta India" pour toucher son aile et plonger mes gants au fond de ses manchons. Scruter d'en haut les curieux motifs que dessine la glace sur les lacs gelés. Sentir le vent soulever les odeurs de bois de la papeterie et les infiltrer jusque sous ma visière. Puis, écouter Michel nous parler motorisation, tour de France Ulm et qcm et enfin goûter le café bouillant que Bruno a préparé pendant que je volais. Explorer ses 5 sens, voilà peut être bien l'explication de cet engouement au vol.
Pendant que mes copines font les soldes je me dis que décidément je ne dois pas être (une fois de plus) dans la normalité. Je vous l'ai déjà dit, je l'assume, puisque ce sont ces petites choses qui, lorsque je reviens d'un vol, me font
  ressentir une sorte de bien-être indéfinissable, une douce euphorie, une paix intérieure qui m'envahit et qui m'enlève, pour les quelques heures à venir…

Repost 0
Published by Nadine - dans ULM Formation
commenter cet article

Présentation

  • : Flying and Travelling
  • Flying and Travelling
  • : Mes expériences de pilote ulm pendulaire et les carnets de route de mes voyages (Namibie)
  • Contact

Profil

  • Nadine
  • On me dit généreuse, volontaire voire obstinée...
 Je suis aussi d'une mauvaise foi épouvantable, la preuve : je le reconnais ! 
D'ailleurs, depuis que je suis modeste, je suis parfaite ;o)
  • On me dit généreuse, volontaire voire obstinée... Je suis aussi d'une mauvaise foi épouvantable, la preuve : je le reconnais ! D'ailleurs, depuis que je suis modeste, je suis parfaite ;o)

Flying and Travelling



NadDes envies de couleurs, d'images, de voyages et d'expériences.... Voler, être en contact avec l'air et le léger, exprime des aspirations à une certaine élévation, un besoin irrépressible de s' ouvrir à d'autres sphères, de se rapprocher de la nature. S'envoler, tout comme voyager, c'est se détacher un instant de son quotidien, se libérer, s'élever, découvrir et apprendre...

Un blog pour raconter ces expériences, car chaque personne a quelque chose à dire pour peu qu’il y ait quelqu’un pour l’écouter ou la lire... Bienvenue sur Flying and Travelling.
Nadine

Recherche

Archives

Catégories